Le testament islamique de Osman Ier

Osman Ier est né en 1258 à Söğüt. Il est le fils d’Ertuğrul et lui succède en 1281. C’est lui qui donna son nom à la dynastie ottomane (turc : Osmanlı). Sultan mais aussi grand chef militaire, il remporta de nombreuses victoires face à ses ennemis. Il laisse à son fils avant de mourir, un testament très intéressant de par son pieux contenu, soucieux de protéger l’Islam et l’application de sa Shari`a :

 

« Fils! – Prend soin des affaires religieuses avant tout autre devoir. Les préceptes de la religion construisent un état fort. – N’attribue pas les affaires religieuses à un homme négligent, incroyant ou pécheur ou à des personnes inattentives, indifférentes ou inexpérimentées. Et ne laisse pas l’administration à de telles personnes. Celui qui ne craint pas Dieu ne craint pas les créatures. – Celui qui commet un grand péché et continue à le commettre ne peut pas être loyal. – Celui qui veut avoir un serviteur loyal est lui-même fidèle ; il observe les commandements du prophète et ne sort pas de la charia. Évite la cruauté et les superstitions. – Démet les personnes qui encouragent la cruauté et les superstitions dans notre état. – La raison principale est que ces personnes provoqueraient ton déclin. Agrandit toujours l’État par le djihad, car si l’on reste trop longtemps sans partir en campagne, la bravoure des soldats ainsi que le savoir, les renseignements et les dispositions prises par les commandants subissent un affaiblissement et une altération. Des personnes qui connaissent bien la guerre meurent tandis que d’autres sans expérience les remplacent. Il s’ensuit beaucoup d’erreurs qui mettent à mal l’État. – Préserve le Beytul Mal (de l’arabe: bayt al-māl بَيْت المال, maison de la monnaie ; trésor public). Essaie d’augmenter les réserves de l’État. – Contente-toi de ce que tu as et ne gaspille pas, ne détruis pas inutilement sinon par besoin ou nécessité. – Ne sois pas fier de tes soldats et de tes biens, car ils sont le moyen de servir le peuple dans son ensemble et d’étendre la justice et la vertu dans le monde sur le chemin de Dieu. – Protège le serviteur de l’État qui travaille pour la grâce de Dieu. Après sa mort, prends soin de sa famille et subviens à leurs besoins. N’augmente pas tes biens publics par la violence. – Tends une main secourable aux indigents et préserve leurs proches du malheur. – Protège les meilleurs officiers, étudiants, hommes de vertu, artistes, écrivains qui sont la force du pouvoir de l’État. Traite les avec amabilité et honore ces hommes. Si tu as entendu parler d’un homme vertueux, entre en étroite relation avec lui, donne-lui des biens et gratifie-le. Dans ton État, le nombre d’hommes instruits, vertueux et savants augmentera. – Mets de l’ordre dans les affaires religieuses et de l’État. Prends modèle sur moi, j’ai commencé comme un faible commandant et j’ai réussi avec l’aide de Dieu bien que je ne le méritasse pas. Tu suivras mon chemin et protègera la religion de Mohammed et les croyants, tes successeurs feront de même. – Respecte la justice de Dieu et de ses serviteurs. N’hésite pas à conseiller tes successeurs à poursuivre cette route. – Sollicite l’aide de Dieu dans tes estimations de justice et d’équité, pour supprimer la cruauté, essaie tous les moyens. – Protège ton peuple des attaques des ennemis et de la cruauté. – Ne te comporte avec personne d’une manière incorrecte ou inéquitable. – Contente le peuple et protège tout ce qu’il aime. »

 

Source : http://www.osmanli700.gen.tr/english/sultans/01index.html

 

Les leaders musulmans ont le devoir de montrer l’exemple !

Hadith n° 702 rapporté par l’Imâm Mâlik dans son Muwatta’ :   Nâfi` a rapporté qu’il a entendu de Aslam, l’affranchi de `Umar Ibn al Khattâb, raconter à `Abdullah Ibn `Umar que `Umar Ibn Al-Khattâb a vu Talha Ibn `Ubaydullâh … Lire la suite

Le Calife `Umar sur l’ennoblissement des arabes grâce à l’Islam

Le 2ème Calife bien guidé `Umar ibn al-khattab a dit :

 

« Nous faisions partie des peuples les plus vils mais c’est par l’Islam qu’Allah nous a ennobli. Ainsi, chaque fois que nous cherchons la suprématie dans autre chose, Allah nous rabaisse. »

(Sahîh at-targhîb wa at-tarhîb 3/100, n°2892).

Mosquée Bashahi au Pakistanà Lahore au Pakistan.