Quand Gilad Shalit buvait et mangeait, sourire au lèvres avec ses geôliers du Hamas

Que vont dire les sionistes et les islamophobes après avoir vu ces images ? Dans cette vidéo on découvre un « prisonnier » (Gilad Shalit) , souriant, en train de boire, de manger et de regarder la télé avec ses gardiens « hamsaouis« .

A la vue de ces images, on devine facilement que les prisonniers à Gaza sont mieux traités que les palestiniens « libres » en Israël. Mais on apprend surtout que toute la propagande sioniste et islamophobe, balancée depuis des années n’est que du vent.

Donc je répètes la question, que vont dire les sionistes et les islamophobes après avoir vu ses images ?

GILAD SHALIT AVEC ABDL RAHMAN MUBASHER , TUÉ RÉCEMMENT PAR LES SIONISTES.

GILAD SHALIT AVEC ABDL RAHMAN MUBASHER , TUÉ RÉCEMMENT PAR LES SIONISTES.

 

Leila Seurat :  » Dès 1989, le cheikh Yassine avait déclaré « les musulmans sont sunnites et pas chiites » « 

Le 27 Novembre le site « nonfiction » interviewait Leila Seurat, docteur en science politique et chercheur associée au CERI (Centre de recherches internationales) sur la sortie de son nouvel ouvrage : « Le Hamas et le monde« . Un ouvrage à priori intéressant que je ne peux que vous conseiller d’aller lire.

Lors de l’interview Leila Seurat rappel un certains nombres de fait intéressants, tel que l’orthodoxie sunnite du mouvement Hamas et sa position très critique vis à vis du chiisme. Au sujet des liens entre Téhéran et le Hamas Leila répond :

« Mais cette alliance a posé un problème d’ordre idéologique au Hamas, branche palestinienne des Frères musulmans : Dès 1989, le cheikh Yassine avait déclaré « les musulmans sont sunnites et pas chiites ». En 1992, le Hamas nomme le camp de Marj al-Zouhour le camp « Ibn Taymiyya », théologien du XIIIème….En choisissant cette figure religieuse, le mouvement faisait donc le choix de mettre en avant sa spécificité doctrinale. »

On y apprend également que le but du Qatar après le départ de Khaled Meshaal de Syrie était de mondialiser le mouvement et de le rendre aussi inoffensif que le Fatah et l’OLP :

« L’objectif du Qatar était de « déhamassiser » le Hamas… ».

Leila Seurat reviens aussi sur la guerre du Hamas contre les terroristes wahhabites au sein de la bande de Gaza :

« À plusieurs reprises le Hamas s’est violemment opposés à ces groupes, l’épisode le plus significatif étant celui de 2009, lorsque les forces du Hamas écrasent le l’ « armée de l’Islam » réunit autour de l’imam Abd al-Latif Moussa dans une mosquée à Rafah. En 2010, une vaste campagne d’arrestation a été menée contre ces groupes qui menacent le Hamas à la fois sur la plan doctrinal mais également sur le plan organisationnel…..Le conflit est déjà donc ancien lorsque deux cent salafistes défilent devant l’enceinte de l’Institut français le 19 janvier 2015. En réprimant violemment cette mobilisation, le Hamas a cherché à afficher sa différence avec l’idéologie salafiste. Il entendait aussi se présenter comme le seul garant de l’ordre à Gaza en montrant à ceux qui souhaiteraient remplacer son autorité – qu’il s’agisse de l’Autorité palestinienne ou de l’Égypte – qu’il constitue l’unique rempart contre l’État Islamique« .

Pour lire l’intégralité de l’interview :

http://www.nonfiction.fr/article 7930-entretien___le_hamas_nest_pas_reductible_a_sa_charte__avec_leila_seurat.htm