L’Islam contre la démocratie par Claudio Mutti

claudio

« Les mêmes idées que celles exprimées par Saida Savitri inspirèrent la conférence tenue par le professeur Abû’s-Su’ûd le 6 juillet 1942 à l’Académie des sciences de Berlin. Abû’s-Su’ûd affirme que les principes de l’Islam n’admettent pas la démocratie, parce qu’un tel régime consiste dans la suprématie d’une oligarchie capitaliste laquelle, au moyen du mensonge et de la tromperie, tend à asservir les êtres humains, à en assujettir l’âme et à exploiter leur travail et leurs richesses. L’organisation islamique, soutenait Abû’s-Su’ûd, ressemble au contraire au système national-socialiste, parce que la responsabilité du gouvernement est donnée à un chef qui nomme ses propres conseillers et fonctionnaires. En fait dans l’Islam la consultation n’oblige pas le gouvernement : celui-ci peut consulter qui il veut et agir selon le conseil qu’on lui donne ou selon son propre avis ; c’est lui le responsable et c’est sa voix qui prévaut. D’autre part, le droit du chef de choisir ses propres conseillers libère la nation de l’escroquerie électorale, dans laquelle ce n’est jamais le meilleur qui gagne, mais le plus rusé, le plus habile dans l’art de la tromperie. Cela était précisément le critère au temps de Muhammad (SWS) et des quatre premiers califes. Le choix de ceux-ci d’autre part, eut lieu au moyen de systèmes divers, parmi lesquels prévalut celui de la désignation du successeur (Istikhlâf) : le chef d’Etat désignant par nomination celui qui devait lui succéder. »

(Claudio Mutti Lundi, 15 Décembre 2003. « Le nazisme et l’Islam « Claudio Mutti sur le site voxnr.com)

Les 20 fondements d’Al Banna, N°4 : Le rejet des talismans et des objets fétiches

وَالتَّمَائِمَ وَالرُّقَي وَالوَدَعَ وَالمْعَرِفَةَ وَالْكَهَانَةَ وَادِّعَاءَ مَعْرِفَةِ الْغَيْبِ وَكُلٌّ مَا كَانَ مِنْ هَذَا الْبَابِ مُنْكَرٌ تَجِبُ مُحَاَرَبَتُهُ إلاَّ مَا كَانَ آيَةٌ مِنْ قُرْآنِ أو رُقِيَّةٍ مَأثْوُرَةٍ « Les talismans, les incantations, les coquillages que l’on porte autour du cou (Objets fétiches … Lire la suite

Hadith sur le croyant devenant mécréant le soir et inversement

 

Hadith n° 186 (118) :

باب الْحَثِّ عَلَى الْمُبَادَرَةِ بِالأَعْمَالِ قَبْلَ تَظَاهُرِ الْفِتَنِ

حَدَّثَنِي يَحْيَى بْنُ أَيُّوبَ، وَقُتَيْبَةُ، وَابْنُ، حُجْرٍ جَمِيعًا عَنْ إِسْمَاعِيلَ بْنِ جَعْفَرٍ، – قَالَ ابْنُ أَيُّوبَ حَدَّثَنَا إِسْمَاعِيلُ، – قَالَ أَخْبَرَنِي الْعَلاَءُ، عَنْ أَبِيهِ، عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ، أَنَّ رَسُولَ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم قَالَ ‏ « ‏ بَادِرُوا بِالأَعْمَالِ فِتَنًا كَقِطَعِ اللَّيْلِ الْمُظْلِمِ يُصْبِحُ الرَّجُلُ مُؤْمِنًا وَيُمْسِي كَافِرًا أَوْ يُمْسِي مُؤْمِنًا وَيُصْبِحُ كَافِرًا يَبِيعُ دِينَهُ بِعَرَضٍ مِنَ الدُّنْيَا ‏ »‏

D’après Abu Hurayra, Le Prophète (SWS) a dit :

« Empressez-vous d’accomplir les bonnes œuvres avant que ne surviennent des épreuves telles les ténèbres des nuits sombres où l’homme, étant croyant au matin devient mécréant le soir, ou bien étant croyant le soir, devient mécréant le matin. Il vend sa religion contre un bien périssable de ce monde. »

Sharh (commentaire) d’An-Nawawî :

« Ce hadith incite à s’empresser d’accomplir les bonnes œuvres avant que cela ne devienne Impossible du fait des préoccupations qu’engendreront les troubles et les épreuves qui se multiplieront et se succéderont en s’accumulant comme les couches épaisses des ténèbres des nuits sombres que la lune n’éclaire point. »

Il ajoute plus loin au sujet de l’homme qui deviendra impie le matin ou le soir :

 

« C’est en raison de la difficulté et la gravité de ces épreuves et troubles qui séviront, que l’homme vit ce grand retournement de situation et qu’il devient sujet à de si graves et grands changements en une seule et même journée. » 

 

(Voir Sahîh Muslim bi sharh An-Nawawî).

Le Calife `Umar sur l’ennoblissement des arabes grâce à l’Islam

Le 2ème Calife bien guidé `Umar ibn al-khattab a dit :

 

« Nous faisions partie des peuples les plus vils mais c’est par l’Islam qu’Allah nous a ennobli. Ainsi, chaque fois que nous cherchons la suprématie dans autre chose, Allah nous rabaisse. »

(Sahîh at-targhîb wa at-tarhîb 3/100, n°2892).

Mosquée Bashahi au Pakistanà Lahore au Pakistan.

Livre sur la croyance islamique authentique : Al-I`tiqâd d’Al-Bayhaqî

Al I`tiqad `ala al-madh-hab as-salaf ahlul sunna wa al-jama`a : « La croyance selon l’école des Salafs » est un excellent Ouvrage du grand Imâm Al-Bayhaqî (994-1066) sur la croyance musulmane selon le sunnisme authentique.

Expert en Hadîth et suiveur du Fiqh Shafi`ite , Al Bayhaqî rédigea de nombreux ouvrages notamment celui-ci sur le dogme islamique mais également le non moins célèbre : Al-asma’ wa as-sifât (les noms et les attributs).

Dans cet ouvrage, Al Bayhaqî aborde un certains nombres de questions liées au dogme, dont celles des attributs , de moins en moins bien compris de nos jours en partie à cause de la montée en puissance de certaines sectes.

Al Bayhaqî aborde également la question des « innovateurs » ou encore celle de l’infaillibilité du Coran (réfutation donc des chiites etc).

En résumé, il s’agit d’un excellent ouvrage concernant les fondements de la croyance en Islam, à se procurer rapidement.

Ismaî`il Sunnite.