Le féminisme : une création juive

11263004_684451888326802_1956789665392914164_n

Avant de rentrer dans les détails, une brève présentation de cette « charmante » dame :

 

Shulamith Firestone est née à Ottawa, au Canada, dans une famille juive à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Elle est l’aînée du rabbin Tirzah Firestone. Elle fit ses études au Telshe Yeshiva, à l’Université de Washington et à l’École de l’Institut d’art de Chicago, où elle obtint un diplôme en peinture (Bachelor of Fine Arts, BFA). 

(Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Shulamith_Firestone)

Le féminisme, semble être une de ces énièmes inventions du judaïsme politique qui vise, dans son inlassable quête d’édification d’un nouvel ordre mondiale, l’éradication des différences entre les êtres humains pour un monde homogénéisé. Ici, Shulamith Firestone n’échappe pas à la règle. Son ouvrage « the dialectic of the sex » est omniprésent dans la galaxie féministe. Il y’a juste un détail qui n’est jamais mentionné dans les réseaux féministes, c’est le fait qu’elle était schizophrène selon un article du « New Yorker » rédigé après sa mort. Cela en dit long sur la dégénérescence de ce mouvement subversif,  infiltré par toute sorte de déviants sexuels (lesbiennes trans etc), qui n’a d’autre but que la destruction de la famille nucléaire et de pousser les femmes à ne plus être les « esclaves » de leurs époux pour tout simplement devenir celles : du capital ! Et être imposable comme les hommes. Dois je rappeler les origines du capital et son corpus idéologique ? Rappelons au passage, la surreprésentation des femmes juives (Elles représentent 1% de la population américaine) au sein de cette mouvance qui comprend, certes, également beaucoup de goyas (non juives). On aura l’occasion d’y revenir en abordant les racines et les origines de cette mouvance.

Ismâ`îl Sunnite.

L’escroquerie des beurettes

 

«Notre religion (l’Islam) a défini une place pour les femmes (dans la société) : la maternité»

«Certaines personnes peuvent le comprendre, d’autres non. Vous ne pouvez pas expliquer ça aux féministes parce qu’elles n’acceptent pas l’idée-même de la maternité»

(Recep Tayyip Erdogan).

 

Les faits :

Elle s’appelle Lydia Guirous et semble être la nouvelle « beurette » de l’UMP, ou plus précisément des « sarkozystes« . Elle n’en est pas à son premier coup d’essai, elle est l’ex-responsable des jeunes sarkozystes du 92 avant de lancer  « Future, au féminin » un club fantôme. L’objectif était de récupérer les jeunes femmes d’origine afros/maghrébines essentiellement présentes dans les banlieues, qui jusqu’alors avaient pour habitude de voter et de militer pour les socialos/communistes.

elle déclarera en bonne libérale classée à droite (la droite molle comme disait Roger Holeindre) :

« Je préfère des pubs en mini jupes que des pubs en burkas ! »

à croire que les françaises ne sont bonnes qu’à ces deux vêtements.

La suite ont la connait, « racailleries de beurette » faussement à droite, comportement abjecte envers ses faux « ennemis » de gauche comme Najet Vallaud (en vérité tout aussi libérale) , copinage avec les sarkozystes, mise sur le banc de touche (par Sarkozy !), un cour passage chez les radicaux et au final, retour à la case départ chez ses « amis » de l’UMP.

Chouette parcours chaotique !

Les origines :

Le phénomène de la « beurette » n’est pas nouveau, lorsque « (((SOS racisme))) » et « (((touche pas à mon pote))) » se firent connaitre, c’était surtout dans l’objectif de récupérer la colère des beurs et des immigrés, fatigués d’être stigmatisés et d’être condamnés à la marginalité politique et sociale.

Or l’objectif de ses deux organisations n’étaient en aucun cas de lutter contre le « racisme » ou l’exclusion, mais de se fabriquer un vote dans les banlieues, un vote afro/maghrébin qui deviendra plus tard un vote « musulman« .

Pour y parvenir les socialos/communistes mirent en avant tout une ribambelle de beurettes libérales, tels que Fadela Amara et son triste mouvement (que je ne citerai pas !) ou encore Bariza Khiari qui a attendu vingt années avant de se rendre compte que le PS était encore plus raciste et racialiste que le front national (voir ce documentaire pour comprendre : http://www.dailymotion.com/video/xce4dn_musulmans-de-france-indigenes-part_news).

Les particularités de ces femmes ? Elles militent toute pour la démokrature universelle, la laïcité séparation (si cher à Finkielkrault et la clique des Badinter) , le féminisme (création maçonnique et des Rockefeller, voir ceci => http://www.dailymotion.com/video/x17n6d3_feminisme-ivg-et-pilule-complot-maconnique_news et ceci : http://www.dailymotion.com/video/xpxpxp_le-feminisme-un-complot-du-nwo_news), le droit à l’avortement (création judéo/maçonnique, voir ceci => https://www.youtube.com/watch?v=sJ2F4Id7Nqg et ceci => https://www.youtube.com/watch?v=SndZ5VnMSGM), les droits des homosexuels (Voir ceci d’urgence => https://www.youtube.com/watch?v=cedXJZkDQp4), la haine du patriarcat, l’anticléricalisme (dans la pure tradition maçonnique qui nous à conduit à la révolution bourgeoise de 1789), le sionisme (Voir le fabuleux destin de Jeannette Bougrab, la comédienne de BFM TV https://hichamhamza.wordpress.com/2013/06/11/bougrab-plaisir-israel/) etc etc…

En clair derrière cette « opération beurette » on retrouve les mêmes qui étaient derrière les françaises de « souche » dans les années 60/70 et qui ont, entre autre, participé à la mise en place de la révolution sexuelle qui a ravagé tout le continent européen.

Les beurettes ont souvent pointé du doigt les « barbus » et les femmes voilées en sortant l’éternel « assimilez vous ! » ou le plus soft « intégrez vous » voir le douteux « soyez français !« . S’intégrer d’accord, être français/ses certes, mais à quelle France nos beurettes nous appellent en fait ? Après avoir cité leurs nombreuses causes, il est une évidence que ses pauvres beurettes n’appellent pas les jeunes filles d’origine afro/maghrébine à s’intégrer à l’histoire de la « France éternelle » (les beurettes ne connaissent pas l’histoire de France !) , la France forte, avec ses traditions, ses valeurs, ses cultures, son ordre naturel ou encore son patriarcat. Non ! Les beurettes ne sont ni plus ni moins que des rabatteuses , rabatteuses qui n’ont que pour fonction de pousser les jeunes musulmans/es de France à abandonner leur religion, leurs principes, leur orthodoxie, leur traditionalisme dans l’objectif de les faire suivre les traces des français catholiques qui les ont mené droit vers le mondialisme et l’athéisme.

Le Prophète Muhammad (SWS) n’avait il pas affirmé que :

« Vous suivrez la voie de ceux qui vous ont précédés empan par empan et coudée par coudée, et même s’ils entrent dans un trou de lézard, vous les suivrez ». « Ô Messager d’Allah, s’agit-il des juifs et des chrétiens ? », s’écrièrent les Compagnons.

« Et de qui pourrait-il s’agir sinon d’eux ?! », répondit-il. »

(Bukhari, Muslim)

 

Que faire ?

Le féminisme reste la matrice de toutes ces associations radicales qui cherchent à gommer toutes les différences réelles, qu’il y’a entre les hommes et les femmes. Crée dans le but de pousser les femmes à travailler comme les hommes et d’être taxées par le système comme ces derniers, le féminisme n’a jamais eu pour but « d’émanciper les femmes« . Cette idéologie n’a jamais autant détruit la fonction naturelle des femmes qui était d’enfanter, d’être les reines de leurs foyers, d’élever leurs enfants et d’être les moitiés de leurs couples. Or le féminisme a démoli tout ceci et a fait en sorte de séparer les enfants de leurs mères afin que l’état les prennent en charge, via leurs crèches, les nounous et autre prestataires qui sont autant d’étrangers dans la vie d’un enfant. Le féminisme donne à la femme l’impression d’être à l’égale de l’homme parce qu’elle travaille et gagne de l’argent. En réalité elle n’est qu’un outil du grand capital, de par les taxes qui lui sont imposées, de par la compétitivité qu’elle produit ou de par la consommation de masse auquel elle participe activement (Avec un salaire en poche on dépense toujours plus !). On pourrait ajouter à ça la mixité au travail qui est très souvent derrière une grande partie des divorces, des actes d’adultère, du harcèlement sexuel et de la confusion des rôles, avec des femmes qui ont tendance à devenir des hommes de par leurs statuts au sein de l’entreprise et des hommes qui deviennent des femmes de par l’humiliation qu’ils subissent.

Le moins que l’on puisse dire c’est que, sans retour à Dieu et à l’ordre naturel, nous ne sommes pas prêt de rebâtir une société d’ordre et de valeurs. Faudrait il encore avoir clairement identifié nos ennemis mais aussi avoir le courage et la force de se désavouer de ce nouvel ordre mondiale au quotidien, en refusant sa malbouffe, son argent sale, ses films de dégénérés, sa musique satanique, ses gadgets débiles, son impudeur, sa vulgarité, ses immondes styles vestimentaires etc…. La liste est longue, la route est longue, mais le promesse de Dieu est claire :

 

« Et la fin (heureuse) sera aux pieux »  (7.128)

Ismâ`îl Sunnite.

http://mejliss.com/lydia-guirous-qui-vraiment-nouvelle-caution-sarkozy